COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

A quoi sert l'homme ? Un destin collectif

Un destin collectif

La société humaine est une vaste termitière où s’agitent en permanence des milliards de petites bêtes bizarres que sont les hommes et les femmes.

Du clan à la tribu, puis de regroupements en regroupements jusqu’à des agencements de plus en plus complexes, cette communauté s’est organisée : des règles ont été établies, imposées ; des lois votées pour encadrer les différentes activités ; des religions se sont développées, essentiellement dans le but de rassurer et de promettre, ailleurs, un destin de bonheur.

L’homme, de plus en plus orgueilleux, pense qu’il a son mot à dire dans la gestion de sa vie, au milieu de cette société qu’il a construit, autour de lui, pour lui ! Il se trompe. Il est prisonnier dans une termitière, il ne vit que grâce aux structures qui l’entourent et qui en même temps l’exploitent, l’étouffent peu à peu.

Quand il se regarde et se considère, il prend subitement conscience de sa solitude et de son incapacité à se sortir de cette problématique collective, seule dimension où sa peur se dilue, où il peut marcher sans réfléchir, se laisser porter vers son destin.

Nous héritons de gènes, d’une histoire, d’une géographie, autant de caractères déjà acquis, quelques fois re-forgés, transformés par une aventure humaine qui nous a précédée, elle-même dépendante de ce qui a été laissé.

Les églises le savent bien qui favorisent la prière collective, comme étant la plus sûre d’atteindre son but, comme si le cosmos était sourd à nos requêtes individuelles.

Et d’ailleurs, dans cet univers qui nous entoure, les objets gravitent les uns autour des autres, s’attirent, se repoussent, les structures s’enchevêtrent, une immense dynamique collective se développe faisant le pendant ou le complément des mouvements browniens qui agitent d’une manière apparemment désordonnée les infiniments petits.

Nous ne sommes pas un, car dès le début nous dépendons des autres et plus tard les autres dépendent de nous ; et une société, elle-même, a besoin d’autres sociétés, et une civilisation, d’autres civilisations. Cela forme un tout dans un univers qui côtoie d’autres univers.

Un destin collectif ! L’homme est-il prisonnier dans cet espace, et, cet espace représente-t-il son domaine de liberté, avec des limites à ne jamais dépasser. Ou alors, y-a-t-il moyen de s’évader ?

J-LdL



05/03/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres