COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

A quoi servent les souvenirs ?

A quoi servent les souvenirs ?

    Pourquoi se retrouver sans fin dans le passé, images furtives de moments disparus qui peu à peu s’estompent dans l’espace ?

    Que signifient ces souvenirs ? Des histoires revues et peut-être corrigées par le poids de l’oubli et l’émotion des sentiments !

    Plus tard, sur la fin d’un douloureux parcours où bonheurs et malheurs se chevauchent, toutes ces images vont s’évaporer, en même temps que le souffle.

    Etrangement, à la vue d’un paysage, à la rencontre d’une odeur, à la lecture d’une photo, nos souvenirs rejoignent nos pensées et nous entraînent bien au-delà, à l’extérieur de nous-même. Ce n’est pas un hasard. Mystérieusement des personnages apparaissent qui vous observent et vous parlent, vivants ou morts, liés à vos regards par leurs ondes secrètes. On doit croire que tout cela est organisé, qu’il y a une sorte de continuité entre le passé et le présent, à travers les visions de nos pensées.

    S’agit-il de chimères, les “ dernières ressources des malheureux ” ou de fantasmes ou plus simplement le fruit des mécanismes qui parcourent notre cerveau de neurones en neurones ?

    A-t-on le droit de donner une dimension mystique à ces apparitions ? Quel est le message caché ? D’où vient ce bienfait de revivre un instant de bonheur ou au contraire, cette peine. Ou n’est ce rien du tout, qu’une simple coïncidence entre la nature et la pensée ?

----------

    Le souvenir, rencontre fugace avec la pensée, nourrit celle-ci, pour qu’elle puisse se plonger dans des abîmes de réflexion, où, sans fil d’Ariane, elle risque de se perdre...

    A quoi servent ces souvenirs, uniquement à rire ou à pleurer, à revoir un visage, à compter le temps qui passe, disparaît, puis revient !

----------

    La pensée, dont la dimension n’a pas plus de limites que l’univers où l’infiniment petit, a besoin du souvenir pour se développer ; souvenir provoqué de l’extérieur ou inclus dans nos gènes.

    Pour les chrétiens, il est associé aux remords et aux regrets. Il est une sorte de punition divine, par l’évocation et la vision d’un bonheur raté parce que nous n’avons pas su le saisir. Il est le purgatoire ! Cette théorie est la négation de l’existence d’un Dieu, sensé être plein de compassion pour les êtres humains qu’il a lui-même créé et dont il est responsable.

----------

    Il faut donner une autre profondeur au souvenir. Il est là pour nous aider à supporter la vie, même si quelques fois, il a des aspects douloureux. Il est là pour nous obliger à aller le plus loin possible dans notre méditation et peut-être nous donner ce guide dont nous avons besoin pour trouver une certaine sérénité.

J-LdL



14/11/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres