COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

Accepter ce qui advient.

Accepter ce qui advient.

 

Accepter ce qui advient, ce n'est pas faire preuve d'un fatalisme pessimiste ; c'est admettre que ce qui est écrit est arrivé et que ce qui est arrivé s’inscrit dans une problématique qui nous dépasse totalement.

 

Nous n'avons pas notre libre arbitre ! Mais nous avons la faculté de pouvoir réagir, de nous dominer, d'orienter nos efforts afin de trouver la meilleure solution au problème que nous rencontrons.

 

Tout le monde n'est pas capable de choisir le bon chemin à emprunter. Mais ce qui n'est pas appréciable à un instant donné, peut l’être à un autre moment. L'unité ne pèse rien, seul le tout compte.

 

Cela veut dire que l'on ne peut juger ceux qui décident de faire ; car on ne sait pourquoi ils font ; quelles sont les forces invisibles qui le poussent ; que vaut notre regard…?

 

—————

 

Le malheur pèse plus lourd que le bonheur, et on finit par croire que nous sommes condamnés à être malheureux ; et tous les événements de notre vie nous confortent dans cette certitude ; et toutes les tristesses sont irréparables. Et pire encore, chaque bonheur contient en lui le malheur.

 

—————

 

Alors faut-il vraiment accepter ou, au contraire, nous révolter contre le destin, alors que nous sommes nés avec ce destin. Faut-il nier le fait qu'à peine en vie, nous sommes destinés à mourir ! Nous avons une arme que nous devons utiliser, la joie de vivre qui est un privilège extraordinaire ; une revanche contre la nature ; une manière de lutter, pour montrer que le destin est une oppression contre laquelle, nous pouvons nous battre ; car notre victoire est déjà inscrite.

 

—————

 

Accepter ce qui advient, c'est en même temps reconnaître que l'énergie cosmique, Dieu, est totalement maître de notre destinée ; que nous n'avons même pas le pouvoir de décider ce qui est bien, ou mal ; que ce qui nous paraît être une injustice, n'est que justice ; que ce qui est adversité est une chance. Et tout cela, parce que le temps ne compte pas, parce que la vie n'est peut-être qu'une illusion.

 

Il ne nous reste donc qu'une seule arme : essayer de positiver, de relativiser, admettre une fois pour toutes, que ce monde est une épreuve permanente ; et qu’au milieu de tous ces malheurs il y a quelques lumières capables d'éclairer nos cœurs. 

 

Nous ne pouvons aller au-delà de cette perspective.

 

J-LdL



24/01/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres