COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

Bonheur et Malheur

Bonheur et malheur.

Dans l'entrelacs des neurones de notre cerveau, sont nés pensées et sentiments, ordonnances mystérieuses d’une vérité cosmique : Dieu, ou le Guide, ou autre chose, peut-être l’Energie, qu’importe, de toute manière c’était dit et prévu, organisé, une logique suprême au coeur de l’être humain, maître de rien, simple parcelle de chaleur, vies et morts mélangés. 

Etape par étape, l’homme marche, avance, mais est-ce vraiment du progrès que de savoir parler et compter, quant au fond de soi-même rien ne change vraiment et que seuls les instincts dominent le réel. 

Mais que veulent dire ces mots, bonheur et malheur qui rythment notre vie, dans ce grand jeu, où les incertitudes nous font croire que nous sommes vraiment ? Pourquoi l’un et pas l’autre, ou est-ce la même chose à une échelle différente dans une mathématique inconnue.

Bonheurs, malheurs distribués, que l’on croit au hasard, mais en fait guidés, sans raison apparente, sur un chemin, et c’est là le mystère, vers où, pourquoi et pour qui ?

Bonheurs et malheurs ne seraient donc qu’un jeu d’ombres, tristesses émouvantes mais insensées, plaisirs éphémères, étonnante fragilité de l’équilibre de la vie qui nous fait passer, en une seconde, du rire aux pleurs.

Bonheur qui ne se reconnaît qu’à travers le malheur, malheur qui nous fait regretter le temps de la sérénité.

Ah, qu’ils ont de la chance, tous ceux qui croient qu’il y a un Dieu, une énergie cosmique, et que tout ce qui leur est donné et repris n’apporte qu’une pierre de plus à l’édification de leur plénitude ; et que devant un jour rencontrer la mort, ils auront alors atteint une autre dimension de la vie, beaucoup plus riche, indescriptible ; ils seront devenus partie intégrante du Cosmos qui n’est pas le comptable de leurs joies et de leurs peines, de leurs souffrances, de leurs espoirs déçus, de leurs réussites, car au-delà de la vie, il y a la vie, celle qui ne s'embarrasse pas des misères humaines. 



 

Alors bonheurs, malheurs, non, ce ne sont ni récompenses, ni punitions, c’est le parcours d’une vie, car ce qui est vrai ici peut être faux ailleurs, parce que les larmes souvent cachent le sourire, et la joie quelques fois est le paravent d’une profonde tristesse.

J-LdL



29/10/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres