COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

L'amour

L'amour

 


    On entend souvent dire que le sentiment d’amour est quelque chose de divin, un cadeau de DIEU aux êtres humains.
Il s’agit certainement du résultat des interpénétrations entre les énergies irradiées, à la fois par le cosmos et par les êtres humains. 
Etre aimé, et aimer, procure une grande félicité, un bonheur complet. C’est d’ailleurs un besoin irrésistible pour la majorité des hommes et des femmes.


* * *


    Mais ce n’est pas si simple d’aimer. Les critères à prendre en compte sont nombreux qui orientent d’une manière inconsciente nos sentiments. Hommes et femmes ne recherchent pas les mêmes caractères. Les usages et les tabous, l‘éducation, la race, la religion, autant de frontières imposées par la société. 

Certains médecins et scientifiques pensent que l’état de conscience amoureux est produit par un cerveau fonctionnel et que l’influence divine n’y est pour rien.

 

* * *

 

    Cela voudrait dire que les mouvements des neurones de notre cerveau, s’organiseraient dans une problématique socioculturelle, purement mécanique, qui nous pousserait à ne nous intéresser, à rencontrer, à ne tenter des expériences qu’avec des partenaires présentant des caractères positifs. Et qu’un jour, subitement nous pourrions rencontrer enfin l’Amour avec un grand A.

* * *

 

    N’y a-t-il pas une autre explication, un peu moins rigoureuse scientifiquement peut-être, à ce sentiment d’amour extraordinaire qui nous transporte, nous fait vivre, nous permet d’affronter, de supporter toutes les vicissitudes d’une existence compliquée.

Le pouvoir de penser à quelqu’un est semble-t-il la preuve de l’importance des ondes cosmiques, des échanges invisibles mais bien réels qui existent entre deux êtres humains.

Peut-être qu’il y a aussi, à l’origine de cette explosion de bonheur, un contact positif, une certaine convergence intuitive, automatique, réciproque, d’un niveau qui peut-être différent chez chacun des partenaires, mais qui aboutit à une union. Et en plus, il y a autre chose qui permet d’acter, puis de pérenniser ce que l’on appelle l’amour, de le fortifier, de le faire évoluer, de le confronter à la vie, de forger peu à peu quelque chose de mystérieux qui va durer bien au-delà de l’existence terrestre.

Car dans cette histoire merveilleuse qui progressivement s’est structurée et qui peut-être à un peu perdu de son aura romantique et sensuelle, l’amour reste le lien qui permet aux vivants et aux morts de se retrouver, de dialoguer, de former un entrelacs d’énergies astrales qui se mélange aux milliards d’autres dans un univers qui est à la fois l’origine et le produit de ce souffle inexplicable et mystique.

Cet amour d’où vient-il ? Qui donc a eu l’idée de l’inventer ? Ne serait-il qu’un des aspects de l’instinct de reproduction, mais pourquoi se reproduire ?

Et autre interrogation : avec le temps, les lumières s’éteignent, tristesses et joies s’évaporent, les souvenirs se raréfient, reste une voix qui résonne encore, un rire, un chuchotement venu d’ailleurs, un simple murmure qui vous fait comprendre que le lien n’est pas rompu et que vous n’êtes pas seul...


* * *


    Le vieux monsieur est là, assis sur un rocher, légèrement courbé, comme si le poids de ses ans le faisait pencher vers la mort. Il pense en regardant les vagues, que le flot de la mer est à l’image de sa vie, une somme sans fin d’images dessinées puis effacées, le temps d’un instant, dans une existence qui elle-même n’est qu’une empreinte qui disparaît, à peine marquée.

Il ne se demande pas pourquoi il y a une telle ambiguïté entre la durée misérable et incertaine de son existence, et l’infinité qu’il ne voit pas, mais qu’il ressent, parce que lui sait, on ne lui a pas dit, mais c’était inscrit, il sait qu’il n’y a pas de rupture entre la vie et la mort, et que les traces qu’il laissera, aussi insignifiantes soient-elles, rejoindront à jamais celles de ceux qu’il a aimé, car l’amour ne disparaît jamais. C’est un cadeau du cosmos, un rayon chaleureux de cette énergie cosmique dans laquelle nous baignons. Oui, c’est un cadeau de DIEU.

J-LdL




15/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres