COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

L'utopie égalitaire

L’utopie égalitaire

    Nous avions oublié que nous sommes les héritiers de la révolution française et que nous étions condamnés à transmettre, génération après génération, cette gigantesque escroquerie intellectuelle qu’est l’utopie égalitaire.

    Il n’y a aujourd’hui pas un seul discours, pas un seul média, qui à longueur de semaine ne pourrait oublier de nous parler des classes défavorisées. Toutes les déclarations politiques de la gauche et beaucoup de la droite, tournent autour des ‘ pauvres ‘, des ‘frustrés ‘, de ceux qui n’ont rien, qui ne partent jamais en vacances, les victimes de la société capitaliste !

    Et donc, c’est à cette partie de la population que le gouvernement actuel s’adresse pour des raisons plus électorales qu’humanistes. Il faut leur donner toujours plus, les assister dans tous les domaines, les faire, en aucune manière, participer à l’effort de la Nation. C’est pour eux que la France est faite au nom de la fraternité et de l’égalité. Et ce n’est pas pour ceux qui ont de la volonté, du courage, qui font tout pour travailler.

    Le problème est que cette politique présente deux défauts majeurs. Le premier est qu’à partir du moment ou quasiment tout est cadeau, pas d’impôts, pas de taxes, pas de frais généraux, des multitudes de prébendes et de gratuités, rien ne pousse les gens à travailler. Et que d’autre part, ils représentent un réservoir considérable de voix aux différentes élections ; et qu’ils n’ont pas intérêt à ce que cela change...

    Le deuxième défaut, c’est qu’il faut bien trouver de l’argent pour toutes ces générosités, et que cet argent on ne peut le prendre que dans les poches de ceux qui travaillent. En effet, il n’est pas question de mettre de l’ordre et de diminuer les charges de l’état. Celles-ci servent, entre autres choses, à tous les niveaux, mairies, conseils généraux et régionaux, associations diverses et communautés, soit à embaucher, soit à assister cette partie de la population dite défavorisée.

    Et on en revient donc au fameux système social à la française, qui progressivement, de nivellements par le bas en nivellements par le bas, va tous nous transformer en assistés.

    Oui, il faut s’occuper de tous ceux qui sont dans ou qui frôlent la misère, mais pas comme cela. De brillantes études affirment que de toute manière, un pourcentage non négligeable de la population est incapable de s’adapter à la société moderne. C’est faux ! Une population totalement différente, celle des handicapés démontre chaque jour qu’avec de la volonté et du courage on arrive à s’en sortir.

J-LdL



26/11/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres