COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

La petite araignée

La petite Araignée.

 

Il m'arrive quelquefois de découvrir dans la baignoire une petite araignée qui essaye désespérément de remonter les pentes blanches de sa prison. Elle n'y arrive jamais, mais elle essaye toujours. Et quand je veux la sauver, le plus souvent elle ne comprend pas, tente de s'échapper et retombe. Alors, je la recueille sur un journal et la pose à l'extérieur, sur le rebord de la fenêtre…

 

Je trouve beaucoup de similitudes entre l'histoire de cette petite bête et celle de notre vie.

 

——————————

 

L’être humain est à la recherche de la vérité et il essaye lui aussi de sortir de cette prison dans laquelle l’enferme son ignorance. Son seul secours ne peut venir que de l'extérieur, d'une main généreuse, qui va le transporter, d'un monde, vers un autre monde ; en fait, d’un mystère vers un autre mystère…

 

Cette histoire de l'araignée, est celle de notre « moi ». Nous sommes incapables de sortir de notre existence ; nous sommes à la recherche de notre vérité, car nous ne pouvons admettre, à juste titre, que cette capacité que nous avons à nous poser des questions, ne soit qu'un simple mécanisme de notre cerveau. Les vies que nous menons, en les regardant de plus près, dans toutes leurs diversités, que nous soyons parmi les grands ou parmi les petits, présentent tout de même un intérêt relativement limité ; sans nier les moments de bonheur, les satisfactions de nos instincts, l'empreinte que nous allons peut-être laisser d'une manière individuelle ou collective, dans l'histoire de l'humanité.

 

Mais pourquoi avoir fait tout cela, pour seulement cela?

 

Alors en toute logique, nous nous tournons vers l'extérieur et nous demandons de l’aide ; nous ne voulons pas être écrasé ; nous rêvons de découvrir autre chose.

 

Cette main secourable est celle du COSMOS, de DIEU, de tout ce que vous voulez, qu'importe la nature de cette aide ; elle est la synthèse de toutes les mystiques ; de tout ce qui nous dépasse. Nous n'avons qu'une seule arme : la foi, « une certaine faculté a oublier la raison » GIDE.

 

Cette logique conceptuelle n'a besoin d'aucun artifice, ni de ministres, ni de textes sacrés, même si ces constructions humaines doivent exister si elles sont capables de ne s’ occuper que de notre âme.

 

——————————

Cette petite araignée qui a sa place dans la vaste organisation de la vie, mérite autant de vivre que de mourir, car la vie et la mort ne font qu’un ; et elles appartiennent, l’une et l’autre, au mystère qui ne sera peut-être jamais révélé.

 

J-LdL

 



28/06/2017
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres