COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

COURANT ALTERNATIF --- chroniques du Calavon

Le retour de la lutte des classes

Le retour de la lutte des classes

Il apparaît clairement aujourd’hui, grâce à la ‘gaffe’ programmée de Mme Aubry, que la logique socialo-communiste de notre gouvernement, va engendrer une inflation énorme des impôts. 

La France va devenir le pays d’Europe où la pression fiscale sera la plus importante : Mr Hollande doit trouver plus de 60 milliards de prélèvements supplémentaires, sur les entreprises et sur les classes moyennes, les plus laborieuses, celles qui sont le moteur du développement.

Que va-t-il se passer ? Tout d’abord une nouvelle descente aux ‘enfers du moral’ pour nos entrepreneurs, nos étudiants, nos retraités, pour toutes celles et ceux qui ont la volonté de travailler et d’agir, de gagner de l’argent, de faire gagner la France ; pour toutes celles et ceux qui économisent en plaçant leur argent dans la bourse, l’immobilier et autres, et qui verront les droits de succession augmenter d’une manière totalement confiscatoire.

L’économie française va peu à peu s’enfoncer dans les abîmes de la dépression et notre rayonnement dans le Monde, déjà très amoindri, nous rabaisser au rang de puissance secondaire. 

Autre conséquence, celle-là bien plus dangereuse, notre pays va se couper définitivement en deux : d’un côté, schématiquement, la population laborieuse, de l’autre, la classe des assistés.

Ne nous y trompons pas, ce nouvel antagonisme ne positionne pas d’un côté les riches et de l’autre les pauvres. Ce clivage se situe à un autre niveau, il a une dimension morale, intellectuelle, sociétale. Ces gens qui se laissait vivre au gré des subventions, RMI, RSA et autres dégrèvements de tous impôts, de toutes taxes, appartiendront à tous les milieux et à toutes les origines ethniques. Ceux-là voteront à bras ouverts pour Hollande et tous ses séides qui vont encore mieux récompenser leur refus du travail, de l’effort, leur philosophie du non-développement, du nivellement par le bas, leur détestation de toute sélection, de toute excellence, leur jalousie morbide pour ceux qu’ils appellent les riches.

Mais la nouvelle révolution qui se prépare viendra de l’autre camp, du camp des volés, des spoliés, de ceux qui rapidement vont comprendre que notre pays, peu à peu, va se transformer en un état socialo-communiste, avec des apparatchiks bien nourris et un peuple dans la misère physique et morale.

Les médias, soucieux de protéger leurs intérêts financiers venant de dégrèvements d’impôts scandaleux, ont chanté les louanges de la gauche et vilipendé Nicolas Sarkozy pendant cinq ans. Avec quelques fois des titres à la limite de la haine, comme l’ont fait certains mensuels. 

Aujourd’hui ils sont bien obligés de continuer sur le même ton : rien n’est trop beau, ni trop réussi, ni trop intelligent dans les actions que mène François Hollande. Pensez donc, il veut développer la croissance ! Et quant à nos niches fiscales et avantages divers de la loi de 1934 et des dispositions de 1999, il va les protéger. 

Mr Hollande ayant promis qu’il rétablirait l’abattement de 30 % sur leurs salaires, dès septembre 2012, si il est élu, il est certain que les médias le rappelleront à Valérie Trierweiler (née Massonneau) et à Audrey Pulvar pour qu’elles fassent pression. 


* * *



L’homme qui se veut un Président normal, n’avait pas préparé son coup. Mais après ses nombreuses années à la tête du P.S il a eu largement le temps de se faire quelques solides amitiés. 

Contrairement à ce que certains avancent il n’a pas vraiment de réseaux, de deuxième ou troisième cercle, d’émissaires secrets etc. Non. Ce que nous découvrons aujourd’hui, c’est une vaste cohorte de hauts fonctionnaires, d’intellectuels, de journalistes et même de grands patrons qui penchent à gauche, pour certains légèrement et qui se présentent à la soupe populaire socialiste pour la majorité, à l’évidence, beaucoup plus par intérêt personnel que par idéologie. Ils représentent cette vieille sociale-démocratie ou ces radicaux qui constituent le fond de la politicaillerie française : la 4 ème République dans toute sa splendeur.

François Hollande n’est pas dangereux par lui-même. Il n‘a pas un très haut niveau de conscience politique et plutôt une certaine tolérance. Mais il ne faut pas prendre ses sautes d’humeur et quelques retours d’énergie, comme étant l’expression d’une forte personnalité. Il est très influençable, il doute, il n’est pas méchant, il a de l’humour. 

C'est vrai, il est plus normal que Président. Et c’est là le danger : car il est entouré de quelques ultra-gauchistes qui eux, sont très dangereux.

JLdL



28/06/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres